Actualités
 

Accueil > Actualités

Actualités

Des magasins créateurs d’emplois et de valeur ajoutée

Alors que les deux magasins de producteurs de la Marne trouvent leur public, AS Entreprises a invité ses adhérents à rencontrer des producteurs associés pour comprendre leurs motivations, les avantages et les contraintes d’un tel projet.

3ème Rencontre AS Entreprises à Cernay-lès-Reims, de gauche à droite : 
Patrick Bédek, maire de Cernay, Caroline Auroux, productrice, 
Virgil Noizet, producteur, et Rosalie Geiger, Chambre d’agriculture.

Cantonnés pendant des années au Sud de la France, les magasins de producteurs se sont bien développés en France : 250 en 2014, ils sont maintenant 360. La Marne n’échappe pas à cette tendance avec les ouvertures de Sacrés Fermiers à Cernay-lès-Reims et la Ferme du Centre à Châlons-en-Champagne, à l’initiative des maires.

L’aide précieuse des élus et de la Chambre d’agriculture

Soucieux de s’approvisionner auprès des producteurs, sans pour autant faire le tour des fermes, Patrick Bedek pense au point de vente collectif en comptant sur la proximité de Reims pour séduire les urbains.

En rejoignant l’agglomération de Reims, le projet "est accueilli à bras ouvert" explique Patrick Bedek qui n’hésite pas à solliciter des financements pour l’étude de marché, l’achat du terrain et la construction du local. Pour la partie opérationnelle des projets, les élus se sont naturellement tournés vers la Chambre d’agriculture de la Marne.

Pour Virgil Noizet, producteur d’ovins à Auberive et président de la Ferme du Centre : "il est important de se faire accompagner pour se fixer des délais". Rosalie Geiger, conseillère projets, les a aidés pour les études de marché et économique, mais "le conseiller projet ne fait pas à la place du groupe" : chaque producteur a réfléchi à sa stratégie d’approvisionnement et de tarification ; le groupe a travaillé au règlement intérieur, à l’organisation et au socle de valeurs.

"Trois ans, c’est long. Mais on s’accroche" exprime Caroline Auroux, éleveuse d’ovins dans les Ardennes et associée de Sacrés Fermiers : "on travaille par commissions… Oui, c’est un vrai fonctionnement d’entreprise, il faut être rigoureux", conseille-t-elle.

Chaque producteur associé représente une voix ; il se doit d’être présent en magasin à tour de rôle pour communiquer sur les produits, les siens mais aussi ceux des collègues ; il s’investit dans la gestion du magasin, en plus de son exploitation. "Les dépôt-vendeurs ne gèrent pas le magasin, mais doivent participer à quatre journées d’animation par an" explique Caroline Auroux.

"On vend mieux"

Le magasin Sacrés Fermiers propose 3 000 références aux 
consommateurs, sur un espace de 300 m2.

Les EARL Auroux, Noizet, et Rafy-Champion sont les trois approvisionneurs de viande ovine de Sacrés Fermiers : "on se connaissait déjà, car on élève la même race et on est de la même coopérative" rassure Caroline Auroux "donc on a fixé nos prix ensemble" et selon la taille des élevages, la date des agnelages, les éleveurs s’entendent sur les périodes d’approvisionnement.

Et "oui on vend mieux : 2 à 2,50 euros de plus du kilo de carcasse"affirme-t-elle, "par contre je ne sais pas si je gagne plus par rapport au travail fourni. Mais il y a d’autres critères que l’économique".

Pour Virgil Noizet, la motivation première était "d’être au contact des consommateurs pour contrer l’agribashing", tandis que l’éleveuse ardennaise reconnaît que c’est "un enrichissement intellectuel, humain".

Après un an d’activité, "le bilan est très bon, on se rapproche de l’hypothèse haute" à la Ferme du Centre, explique le président. Il en va de même à Cernay : "notre chiffre d’affaires a augmenté de plus de 20 % entre 2016 et 2018" confirme Caroline Auroux.

Encouragés par leurs résultats, les producteurs de Sacrés Fermiers ont de nouveaux projets en tête. À Vitry-le-François, des producteurs ont sollicité la commune et la Chambre pour faire émerger un tel projet. Alors "soyez à l’écoute de votre territoire" conseille Virgil Noizet.

Sacrés Fermiers à Cernay-lès-Reims  La Ferme du Centre à Châlons-en-Champagne
Ouverture en septembre 2015 Ouverture en octobre 2017
26 producteurs en dépôt-vendeurs 30 producteurs dépôt-vendeurs
300 m² de surface de vente et 300 de stockage 140 m² de surface de vente et 70 de stockage
3 000 références 1 400 références
- 7 installations confortées et 3 conjointes collaboratrices installées
- 12 emplois créés dans les fermes en CDI à temps plein et 7 emplois en CDI à mi-temps
- 3 salariés, dont 2 bouchers, au magasin
- 3 exploitations confortées et 1 reconversion professionnelle réalisée
- 1 boucher recruté

Les producteurs de la Ferme du Centre devant le magasin 
à Châlons-en-Champagne.

AS Entreprises : un accompagnement pluridisciplinaire

Gilles Pellerin, directeur délégué d’AS Entreprises, a expliqué lors de la table ronde que l’association de gestion et de comptabilité, en partenariat avec FDSEA Conseil accompagne ce type de projets dans différents domaines. 

Sur le plan économique, elle peut accompagner individuellement les producteurs pour mesurer l’incidence d’un tel projet sur leur exploitation, (sur le plan financier, organisation, etc.) ; calculer les prix de revient des produits pour déterminer les prix de vente. 

Elle peut également réaliser une étude juridique et fiscale pour choisir le type de société qui va porter le magasin, rédiger les statuts et le règlement intérieur, établir le business plan, élaborer la comptabilité du magasin, comme c’est le cas pour la ferme du Centre.
Retour
Retour